Hypertension Online

  Partager


 
Publicité 
 
   

 

 

X - UN BON MOYEN DE CONTROLER SON HYPERTENSION ARTERIELLE: LE MATERIEL D'AUTOMESURE

10.1 - Pourquoi prendre la pression artérielle à l'aide d'un matériel d'auto-mesure?
10.2 - Le matériel d'auto-mesure
10.3 - Gonflage et dégonflage du brassard
10.4 - Région anatomique idéale pour la mesure de la pression artérielle
10.5 - La validation du matériel
10.6 - Conditions et nombre de mesures



Publicité
10.2 - Le matériel d'auto-mesure

Ce matériel à bénéficié des avancées technologiques de l’électronique, ce qui facilite son utilisation régulière. Pour le moment, la méthode de référence pour la mesure de la pression artérielle est la mesure au stéthoscope, à l’aide d’un manomètre à mercure, par le médecin.

Il n’est pas impossible que dans quelques années, suite à l’interdiction du mercure, cette méthode soit remplacée par une autre, automatique.

10.2.1 - Matériel d’automesure à l’aide d’un stéthoscope (méthode microphonique)

Une fois le brassard gonflé, l’artère du bras est comprimée ce qui empêche le passage du sang. Puis, le brassard est progressivement dégonflé, à une vitesse en moyenne de 2 à 3 millimètres de mercure par seconde. Au cours de cette phase, le bruit émis par l’artère se modifie: lorsque l’artère est comprimée, aucun bruit n’est audible pour le médecin ou le malade qui écoute avec son stéthoscope ou le microphone qui “remplace les oreilles”.

Puis, lorsque la pression diminue dans le brassard, l’artère commence à émettre un bruit: la pression alors mesurée sur l’appareil définit la pression artérielle maximale ou pression artérielle systolique. Puis, le bruit continue à être audible lors de la décroissance de pression dans le brassard, jusqu’à un moment ou le bruit disparaît: la pression alors lue sur l’appareil définit la pression artérielle minimale ou pression artérielle diastolique.

Cette méthode de mesure correspond à la méthode auscultatoire. Elle est utilisée bien sûr par le médecin, mais aussi par du matériel de mesure automatique de la pression artérielle.
Le médecin dispose du brassard branché sur un manomètre à mercure, mais le mercure est interdit pour le grand public.

Ainsi, des brassards incluant une membrane capable de mesurer la pression artérielle ont été fabriqués. Ces brassards sont appelés anéroïdes et nécessitent classiquement l’utilisation d’un stéthoscope pour entendre les bruits de l’artère.

Certains industriels ont eu l’idée d’intégrer un microphone dans le brassard de manière à complètement automatiser cette méthode de mesure. Malheureusement, ce matériel n’est pas toujours très fiable en raison d’une dextérité nécessaire à leur manipulation et à la diminution de la précision des brassards avec le temps.

Néanmoins, ces matériels ne sont pas abandonnés actuellement.

10.2.2 - Méthode oscillométrique

Au fur et à mesure du dégonflage du brassard, les pulsations induites par l’artère sont différentes: lorsque l’artère est comprimée, aucune pulsation n’est perçue par l’appareil, puis lorsque la pression diminue dans le brassard, l’artère commence à émettre des pulsations: la pression alors mesurée sur l’appareil définit la pression artérielle maximale ou la pression artérielle systolique.

Au fur et à mesure de la diminution de la pression dans le brassard, les oscillations vont devenir de plus en plus importantes, jusqu’à une amplitude maximale de ces oscillations définissant la pression artérielle moyenne.

Puis, les oscillations continuent à être audibles lors de la décroissance de pression dans le brassard, jusqu’à un moment ou elles disparaissent: la pression alors lue sur l’appareil correspond à la pression artérielle minimale ou la pression artérielle diastolique.

Cette méthode de mesure de la pression artérielle est la méthode oscillométrique. Il s’agit d’une technique simple, efficace et validée par de nombreuses sociétés savantes. Cette technique peut être facilement automatisée, ce qui rend l’utilisation de l’automesure possible pour un plus grand nombre de sujets hypertendus.

Actuellement, la plupart du matériel d’automesure de la pression artérielle utilise cette technique et les appareils sont généralement fiables.

10.2.3 - Méthode photopléthysmographique

Cette méthode permet de recueillir la pression artérielle au niveau des artères des doigts. Un petit coussinet est gonflé autour du doigt, et la pression est maintenue constante. Toute variation de pression au niveau du doigt va entraîner une modification de pression dans le coussinet qui la convertit ainsi en pression artérielle.

Ainsi, l’utilisation de cette technique est limitée aux artères des doigts, ce qui constitue une limite.

Quelques tests ont fait apparaître que la méthode photopléthysmographique n’était pas fiable, du fait de l’emplacement de mesure de la pression artérielle, mais aussi à cause de la mauvaise qualité du recueil de la pression artérielle.

Pourquoi utiliser un matériel d'auto-mesure?

Dernière modification de cette fiche : 14/02/2007

 
 
 Auteur : Equipe Médicale Hypertension Online



 
  Le saviez-vous ?

Parfois, de multiples poussées d’hypertension artérielle sont responsables de petits accidents vasculaires cérébraux.

Au long cours, ils vont provoquer de véritables dégâts au niveau du cerveau.

Hypertension et AVC

  Autres sites santé

MangerMaigrir.fr
Maigrir en mangeant : apprivoisez la nourriture!

Medinfos.com
Plus de 200 fiches
médicales en ligne.

e-Cardiologie.com
Toute la cardiologie expliquée et illustrée.


      © 2000 - 2016 Viviali    Contact    Notice légale