Hypertension Online

  Partager


 
Publicité 
 
   

 

 

VIII - HYPERTENSION ARTERIELLE ET SITUATIONS PARTICULIERES

8.1 - Hypertension et sport
8.2 - Hypertension et obésité
8.3 - Hypertension et grossesse
8.4 - Hypertension et sujet âgé
8.5 - Hypertension et enfant
8.6 - Hypertension artérielle et contraception
8.7 - Influence des hormones dans l'hypertension artérielle (cas de la ménopause)
8.8 - Influence de la diététique sur les chiffres de pression artérielle
8.9 - Hypertension artérielle et diabète



Publicité
8.3- Hypertension et grossesse

L'existence d'une hypertension artérielle au cours de la grossesse représente un danger pour la mère et l'enfant, car elle s'intègre dans le cadre d'une maladie que les médecins appellent la "pré-éclampsie" ou l'"éclampsie" selon le stade, définit comme une maladie immunologique responsable d'une atteinte du rein, du cerveau, du foie, du placenta, du système cardiovasculaire et du système hormonal.

Cette maladie apparaît typiquement au cours du troisième trimestre d'une première grossesse et disparaît juste après l'accouchement. Elle engage la vie de la maman et de son bébé, et provoque souvent des accouchements prématurés.

8.3.1- Symptômes

Les symptômes sont caractérisés par l'apparition d’œdèmes diffus (traduisant une insuffisance du rein), d'une hypertension artérielle qui peut être très élevée, de troubles du système nerveux qui associent une diminution de la vue, de maux de tête violents, traduisant un oedème ou des saignements dans le cerveau.

8.3.2- Causes

L'"éclampsie" a été étudiée par de très nombreux chercheurs à travers le monde, et trois hypothèses sont actuellement retenues: cette maladie provient du placenta; elle provient de la mère et surtout de son environnement; il s'agit d'une maladie purement génétique de la mère. En fait, il ne s'agit que d'hypothèses et les recherches sont actuellement en cours.

Nous savons que cette pathologie correspond à un dérèglement du système immunitaire, mais la cause exacte est inconnue.

8.3.3- Complications

La pré-éclampsie est responsable d'une atteinte:

  • Du rein: développement d'une insuffisance rénale et d’œdèmes diffus ;

  • Du cerveau: apparition d'un oedème et de saignements dans le cerveau ;

  • Du foie: apparition possible d'une insuffisance du foie ;

  • Du placenta, qui peut se décrocher et entraîner la mort du bébé.

8.3.4- Que fait le médecin en cas d'éclampsie ou d'hypertension artérielle uniquement au cours de la grossesse?

Dans un premier temps, il suspecte le diagnostic d'éclampsie lorsqu'il existe une hypertension artérielle, surtout si la minima (diastolique) est supérieure à 95 millimètres de mercure (9,5). Puis, le diagnostic est confirmé lorsque le taux de protéine dans les urines (dosage de la protéinurie) est élevé. Lorsque la pression artérielle s’élève au-dessus de 170/110 millimètres de mercure, une hospitalisation est nécessaire.

Un traitement anti-hypertenseur s'impose alors, mais de façon très prudente car il ne faut pas que la tension artérielle baisse trop vite de manière à ne pas réduire le flux de sang dans le placenta.

Lorsque l'accouchement est imminent, le médecin administre des médicaments anti-hypertenseurs par voie intra-veineuse. Si la date de l’accouchement est trop éloignée, le médecin cherchera à retarder le plus possible l’accouchement prématuré, tout en sachant déclenché l’accouchement si nécessaire pour sauver la mère et (parfois) l’enfant.

Que fait le médecin en cas d'hypertension artérielle existant également avant la grossesse?

La majorité des femmes qui ont de l'hypertension artérielle avant la grossesse vont légèrement augmenter les chiffres de pression artérielle et le risque pour le système cardiovasculaire est donc faible. En règle générale, la pression artérielle va naturellement diminuer au cours du deuxième trimestre de la grossesse, du fait d'une dilatation des artères. Ainsi, des traitements contre l'hypertension artérielle peuvent être arrêtés à cette occasion, sous surveillance médicale stricte.

Lorsque la pression artérielle diastolique (la minimale) s'abaisse en dessous de 90 millimètres de mercure (9), le traitement peut être réduit.

Cette mesure est d'autant plus à respecter qu'aucune étude n'a prouvé la réelle efficacité d'un traitement anti-hypertenseur sur les complications cardiovasculaires.

Pour éviter une pression artérielle trop élevée, il est primordial de respecter des règles d'hygiène et de diététique: limitation de la consommation de sel et des repas trop riches en calories. Par contre, il n'est pas préconisé durant cette période de réduire le poids ou de pratiquer de l’exercice physique.

La pratique de l'automesure de la pression artérielle à domicile semble être un très bon moyen de prévenir les complications.

Si des médicaments doivent être utilisés, il convient d’être prudent et de veiller à l'absence de toxicité pour l'enfant. Les médicaments les plus sûrs sont les dérivés nitrés et un anti-hypertenseur central (la "methyldopa") alors que les médicaments de la classe des "inhibiteurs calciques" peuvent être utilisés comme alternative. Les béta-bloquants doivent être administrés avec précaution du fait de leur retentissement sur le développement du fœtus. En revanche, les médicaments de la famille des "diurétiques", des "inhibiteurs des récepteurs à l’angiotensine II" et des "inhibiteurs de l’enzyme de conversion" doivent être évités.

Hypertension et obésité

Dernière modification de cette fiche : 27/01/2008

 
 
 Auteur : Equipe Médicale Hypertension Online



 
  Le saviez-vous ?

Parfois, de multiples poussées d’hypertension artérielle sont responsables de petits accidents vasculaires cérébraux.

Au long cours, ils vont provoquer de véritables dégâts au niveau du cerveau.

Hypertension et AVC

  Autres sites santé

MangerMaigrir.fr
Maigrir en mangeant : apprivoisez la nourriture!

Medinfos.com
Plus de 200 fiches
médicales en ligne.

e-Cardiologie.com
Toute la cardiologie expliquée et illustrée.


      © 2000 - 2016 Viviali    Contact    Notice légale